ESRI News
-

24.01.2007

EXTRAD, l'extracteur de données de l'Etat de Vaud

par Lucien Imhof, coordinateur géomatique, Etat de Vaud, Département des Infrastructures, Direction des Systèmes d'Information (DSI)

La réponse aux besoins

L'Etat de Vaud gère de manière centralisée les données de la mensuration officielle. Il attribue des mandats à des bureaux d'ingénieurs géomètres pour l'acquisition et la mise à jour de ces données.

Pour ces données ainsi que pour toutes les autres données à référence spatiale, la nécessité de mettre à disposition du citoyen et des professionnels une diffusion automatique est rapidement devenue incontournable. En effet, le travail nécessaire pour ces livraisons mobilisait de plus en plus de personnel, les délais de livraison s'allongeaient, les erreurs de saisie des commandes se multipliaient...

La réalisation

Les premiers balbutiements consistaient à livrer les données cadastrales en mode semi-automatique. Des clients envoyaient leur commande par fax; la commande était saisie manuellement par un opérateur et entrée dans le logiciel d'extraction; le résultat était gravé sur un support physique ou renvoyé par messagerie.

Une première réalisation ambitieuse a été développée dans les années 90, qui automatisait la livraison de toutes les géodonnées de l'Etat (données cadastrales mais aussi autres données telles que secteurs de protection des eaux ou zones d'affectation du sol). Cette application extrayait les données de l'ancien système ARGIS/Oracle. Elle a suivi une montée en charge progressive qui la fit atteindre plusieurs milliers d'extractions par an.

Au début des années 2000, la décision de remplacer l'application d'extraction a conduit à la réalisation d'EXTRAD. Les raisons de la refonte étaient l'obsolescence d'ARGIS, la difficulté à faire évoluer l'application, la nécessité de disposer d'une application Web, le besoin de meilleure fiabilité et la mise en place d'un nouveau datawarehouse basé sur la technologie ESRI. Parmi les innovations de la nouvelle application, relevons l'utilisation systématique de la base de données pour les paramètres et variables d'extraction, l'utilisation du serveur ESRI/ArcSDE pour le stockage des géométries, le monitoring aisé des requêtes, le couplage aux applications de facturation de l'Etat, la fiabilisation des processus.

Le retour sur investissement

C'est en 2003 qu'EXTRAD a commencé à remplacer peu à peu son prédécesseur, à un rythme initial de quelques dizaines de requêtes par mois. Aujourd'hui, l'ancien extracteur est entièrement remplacé par EXTRAD qui traite plus de 10'000 commandes par année.

La palette de géodonnées et de formats disponibles ne cesse de s'étoffer au fil des ans. Actuellement, plus de 50 produits et produits dérivés sont proposés.

Les fonctionnalités d'EXTRAD sont continuellement complétées. Parmi les dernières réalisées, signalons :

  • Le regroupement des factures (une facture globale regroupe toutes les factures du mois pour un client)
  • L'ajout du périmètre Parcelle(s) aux périmètres de sélection existants (rectangle nord-sud, polygone, carte(s) nationale(s), masse(s) de plan, commune(s), district(s), canton)
  • L'extension automatique de certains périmètres de sélection de 5 cm pour garantir la prise en compte des objets situés en limite de périmètre

Le fonctionnement

La commande de géodonnées s'effectue par le site internet de l'ASIT-VD (www.asit.vd.ch). Cette association propose, outre les données de l'Administration cantonale vaudoise, de nombreuses données d'entreprises privées et publiques. Le périmètre d'extraction, le format de livraison, le support physique et la liste des géodonnnées désirées sont spécifiés. Lorsque la commande porte sur des données de l'Etat de Vaud, elle nous est automatiquement transmise puis traitée par EXTRAD. Le client peut ensuite aller chercher le résultat de la commande par Internet, ainsi que les données ou se les faire envoyer sur un support physique.

0

L'avenir

La 20'000ème commande d'EXTRAD va être traitée en janvier 2007. Mais, le rythme de croisière à peine atteint, nous imaginons déjà le système qui prendra la relève. Le mode d'accès WMS (image), standard OGC, permettrait d'utiliser les données sans devoir les rapatrier sur son poste. De même, le mode d'accès WFS (objets), autre standard OGC, permettrait la mise à disposition des objets sous forme vectorielle (limite de parcelle, zone de protection, etc.) avec leur géométrie et leurs attributs. Le moteur ArcSDE, dont la performance et les caractéristiques d'interopérabilité donnent entière satisfaction, pourrait être maintenu. Reste à régler le mode de tarification de ces nouveaux services. Leur déploiement de manière sécurisée, avec un système d'authentification de l'utilisateur, a fait l'objet de tests avec l'ASIT-VD et se dessine comme une solution adéquate pour contrôler l'accès à ces services et les redevances qui peuvent en découler.

L'évolution des besoins et des solutions est très rapide. Dans quelques années, EXTRAD sera remplacé mais restera considéré selon toute vraisemblance comme une solution performante et fiable qui aura répondu aux besoins de diffusion de géodonnées de l'Etat et aux attentes des utilisateurs (acquisition de données fiables, par des moyens et outils simples, dans les meilleurs délais).

Lucien Imhof - Coordinateur géomatique
Etat de Vaud, Département des Infrastructures
Direction des Systèmes d'Information (DSI)

# # #

 

News & Events | Products | Support | Services | Training | Industries | Partners | About ESRI
Contact | Sitemap | Search | Disclaimer | Home